Les futurs profs d’EPS auto-gèrent leur formation (Réunion)


À deux mois des oraux du très difficile Capeps (concours), ils ont négocié avec le rectorat et l’université des heures supplémentaires de formation. Le Snep-FSU a sollicité les bonnes volontés : une dizaine de professeurs aideront bénévolement les étudiants à se préparer aux épreuves.

C’est peut-être ça, le XXIe siècle. Les futurs professeurs d’EPS (éducation physique et sportive) se sentent tellement démunis dans la préparation des oraux du concours, en juin prochain à Vichy, qu’ils ont eux-mêmes cherché des formations supplémentaires ! Ce ne sont pourtant pas leurs performances qui sont en cause, puisqu’ils sont 21 admissibles au concours, sur une promotion de 35 étudiants sur le campus du Tampon. Un taux d’admissibilité parmi les meilleurs de France…

 

Lire la suite sur CLICANOO >>

 

Perdus de vue : Pénurie de profs d’EPS (La Réunion)

Et pourtant 22 étudiants en master 2 à la Réunion ont réussi les épreuves du concours pour devenir, s’ils réussissent les épreuves d’admission, professeurs d’EPS. Quel vivier pléthorique pour assurer cette mission obligatoire du service public d’éducation. Sauf que faute de moyens à l’université, ils sont livrés à eux-mêmes pour préparer des épreuves sélectives difficiles. Notre syndicat, le SNEP (Syndicat National de l’Education Physique) va mobiliser bénévolement des professeurs ressources pour les préparer…

Lire la suite sur zinfos.com >>

700 manifestants contre les suppressions de postes

A la rentrée 2011, 138 postes d’enseignant devraient être supprimés dans le second degré et 71 dans les écoles dans les Hauts-de-Seine. « C’est une ampleur toute nouvelle, et c’est pour ça que nous sommes si nombreux. On justifie ces mesures par la baisse des effectifs, alors que le nombre d’élèves dans le département est, au contraire, en train de remonter », déplore Nadège, professeur d’histoire-géographie à Antony.

Parmi les suppressions de postes annoncées, une quarantaine concernent les enseignants spécialisés (Rased) qui prennent en charge ces élèves. Ainsi, selon le syndicat Snuipp 92, il resterait à Issy-les-Moulineaux seulement 5 professeurs spécialisés, soit 1 enseignant pour 1160 élèves. Autre conséquence : la restriction du choix des matières. « Dans certains établissements, les élèves n’ont pas le choix entre plusieurs langues étrangères. Ils n’en ont que deux, souvent l’anglais et l’espagnol, soit le minimum », explique Marie, maman d’élève. Ailleurs, c’est parfois une matière qui n’est plus enseignée.

« Au lycée professionnel Louis-Blériot, certaines classes n’ont pas de cours de sport depuis le mois de novembre, dénonce Guillaume Prioux, secrétaire départemental du Snep-FSU et professeur d’EPS à Asnières. Cela pose problème pour l’obtention de leur diplôme. »

Lire la suite de l’article  >>

__________________________________________

Page 20 sur 63« Prem.....10...1819202122...304050...Dern .. »