« Cours le matin, sport l’après-midi » : du flan selon un syndicat de profs d’EPS

« Opération médiatique », « mystification », « poudre aux yeux », « fausse expérimentation »… Le SNEP-FSU (Syndicat national de l’éducation physique de l’enseignement public) n’y va pas de main morte pour qualifier l’opération « Cours le matin, sport l’après-midi », mise en place à la rentrée 2010 par le ministère de l’Éducation nationale pour remotiver des élèves en difficulté. Un mois après son lancement dans 124 établissements (83 collèges et 41 lycées) volontaires, le syndicat publie une enquête « de proximité » basée sur un questionnaire envoyé aux professeurs d’EPS des établissements concernés*. Et dresse un premier bilan.

Peu d’élèves concernés

Résultats : le dispositif concerne souvent une classe (27 % des établissements) ou deux classes (47 %), peu trois classes et plus (15,8 %). Ce qui était prévu dès le départ par le ministère. L’institution parlait de plus 7.000 jeunes (sur 5,5 millions) à l’été 2010. Dans 34,9 % des cas, une seule autre demi-journée par semaine (en plus des deux après-midi consacrés déjà au cours d’EPS) a été accordée aux pratiques sportives. Un peu plus d’un quart des établissements programment deux demi-journées supplémentaires par semaine. Seulement 3 % organisent des activités sur trois demi-journées en plus (…)

Lire la suite de l’article (source : letudiant.fr) >>

Cours le matin, sport l’après-midi: une «opération de communication» pour le Snep-FSU

Le Snep-FSU, principal syndicat des professeurs d’éducation physique et sportive (EPS), a estimé ce mardi que l’expérimentation «cours le matin, sport l’après-midi» était une «opération de communication» qui ne débouchait pas sur une véritable réorganisation des rythmes scolaires.

Parmi les collèges et lycées choisis, 80% disposaient déjà de «renforcements sportifs» (dont les sections sportives scolaires). Seuls 14% ne disposaient d’aucun aménagement du temps scolaire avant leur entrée dans le dispositif, selon une enquête du syndicat, qui évoque donc seulement «un changement de label». Dans 35% des établissements, seules trois après-midi (et non quatre comme annoncé) sont consacrées à l’EPS ou d’autres activités sportives.

Lire l’article (source : 20 minutes.fr) >>

Cours le matin, sport l’après-midi: une « opération de communication » (Snep)

Le Snep-FSU, prin­ci­pal syn­di­cat des pro­fes­seurs d’éducation phy­sique et spor­tive (EPS), a estimé mardi que l’expérimentation « cours le matin, sport l’après-midi » était une « opé­ra­tion de com­mu­ni­ca­tion » qui ne débou­chait pas sur une véri­table réor­ga­ni­sa­tion des rythmes scolaires.

Annoncée le 25 mai par le ministre de l’Education natio­nale, cette expé­ri­men­ta­tion a débuté à la ren­trée dans 124 col­lèges et lycées.

C’est une « opé­ra­tion de com­mu­ni­ca­tion et de mys­ti­fi­ca­tion », de la « poudre aux yeux », a déclaré lors d’une confé­rence de presse le secré­taire géné­ral du Snep, Serge Chabrol, sur la base d’une enquête menée auprès des pro­fes­seurs d’EPS des établis­se­ments concer­nés, et dont le dépouille­ment couvre à ce stade 70% des­dits établissements.

Lire la suite de l’article (source : VousNousils) >>

Page 30 sur 65« Prem.....1020...2829303132...405060...Dern .. »