|

Le 27 janvier 2014

Egalité en EPS et en sport : un projet politique et pédagogique

 

Vendredi 24 janvier 2014, au Sénat, et alors qu’est actuellement débattu au parlement le projet de loi hommes/femmes, s’est tenu un colloque organisé par le SNEP-FSU et le Centre EPS et Société sur le thème de l’égalité. Il était marrainé par la sénatrice Laurence Cohen et a réuni une centaine de participant-e-s très divers : professeurs d’EPS, responsables d’associations, de parents d’élèves, chargées de missions à l’Education nationale, à la ville de Paris et au ministère des droits des femmes. Il faisait suite à la parution d’un numéro de la revue Contre Pied sur ce thème. Centré principalement sur l’égalité Homme-Femme, en éducation physique et dans le sport, les liens avec d’autres sources d’inégalités et de discriminations, comme le racisme ou l’homophobie, ont été mis à jour : ce sont les mêmes mécanismes qui sont à l’œuvre. Les enseignant-e-s que nous sommes ne peuvent l’accepter.

Ce colloque, a permis de révéler les problématiques théoriques et pratiques posées par la quête de l’égalité dans les sports en général et en EPS, et questionner quelques idées reçues : la notion de nature avec Murielle Salle, celle de «la fabrique des garçons » avec Sophie Ayral. Mais il a aussi permis de donner à voir quelques propositions concrètes, dans les classes. Car il est temps de dépasser le discours ou la simple critique à la pratique.

Une série d’interventions a ensuite montré, dans un cadre interdisciplinaire, quelques expériences riches permettant notamment de déconstruire les stéréotypes. Des comptes rendus de pratique ont mis en évidence comment, dans la cadre des cours d’EPS, on peut travailler concrètement l’égalité, autant dans les formes d’organisation de la classe que dans les contenus enseignés.

Enfin, Cécile Ottogalli, historienne du sport, a rappelé l’histoire des femmes dans leur conquête du droit à pratiquer le sport, tous les sports, de la fin du XIXème à nos jours. Annick Davisse, pionnière en éducation physique d’un travail sur les filles, a clôturé ce colloque passionnant en rappelant le rôle déterminant de la réflexion didactique pour chercher des solutions efficaces et non superficielles.

L’ensemble a montré le nécessaire investissement sur un triple plan : idéologique (on peut voir ces derniers temps que face aux idées rétrogrades il faut se mobiliser), théorique et pratique. Le chemin est encore long et d’autres journées de formation sont déjà programmées. Pour introduire un débat du colloque, un court film a également été réalisé sur l’égalité en EPS, il peut servir à introduire des débats. A l’heure ou l’égalité est un sujet politique majeur, le SNEP-FSU et les enseignants d’EPS entendent ainsi apporter leur contribution dans ce combat quotidien. L’éducation reste le moyen le plus réaliste à long terme pour changer l’ordre établi.