|

Paris, le 14 septembre 2012


Madame Geneviève FIORASO
Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche
1 rue Descartes
75231, PARIS cedex 05

Objet : demande d’audience

Madame la Ministre,

M. Houzel, membre de votre cabinet et conseiller sur la vie étudiante et sociale, est chargé de nous recevoir le 25 septembre sur cette question.
Nous vous en remercions mais continuons à solliciter une audience avec vous. Nous souhaitons en effet pouvoir vous entretenir des questions spécifiques de formation liées à l’éducation physique et sportive dans l’enseignement supérieur, mais aussi traiter des politiques menées dans les SUAPS, Grandes écoles, IUFM et STAPS et leurs laboratoires de recherche avec comme objectif commun la réussite des étudiants.

Nous sollicitons cette audience en rappelant :

  • que nous sommes incontestablement représentatifs de l’EPS, discipline d’enseignement, et de ses personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche (84,5% des voix aux élections professionnelles du MEN),
  • que le SNEP-FSU a toujours fait des propositions pour l’EPS et le Sport dans l’enseignement supérieur, en particulier pour la formation des enseignants, et entend continuer à être une force de propositions,
  • que le SNEP-FSU n’a pas encore été consulté et associé aux processus de consultation et de débats que vous mettez en place pour préparer la loi d ‘orientation sur l’ESR.

Nous voudrions donc aborder quatre grandes problématiques que nous vous avions exposées lors de notre premier courrier du 25 mai 2012. Nous vous les exposons à nouveau :
Le droit à l’EPS et au sport pour chaque étudiant au cours de sa formation
Sur ce dossier, le SNEP a produit un important travail avec ses partenaires SNESUP et UNEF « Du sport pour tous : un droit à conquérir » (cliquer sur le lien). La situation de l’EPS et du sport à l’université est très fragile et peu prise en compte, dans le contexte de la LRU. Nous vous ferons des propositions pour le développement des pratiques physiques, sportives et artistiques (APSA) pour tous les étudiants afin qu’elles prennent toute leur place dans la problématique de la formation et de la vie des étudiants. Ces pratiques étant d’intérêt général, des réponses nationales doivent être apportées pour dynamiser la pratique qui stagne (19% d’inscrits) dans les universités.

L’avenir et le développement des filières et de la recherche en STAPS
Le SNEP a, depuis sa création, défendu l’existence de la filière STAPS qui est confrontée aujourd’hui aux mêmes problèmes que les autres filières mais aussi à des problèmes spécifiques qui appellent une réflexion en profondeur.

Concernant la future réforme de la formation des enseignants, nous avons été consulté lors des audiences organisées par le MEN, nous rencontrerons prochainement M. Filâtre. Fort de notre expérience sur la formation des enseignants d’EPS (formation professionnelle atypique dans l’enseignement supérieur depuis les années 70), nous avons fait des propositions alternatives (cliquer sur le lien) pour la formation des enseignants en cherchant à prendre en compte la complexité du dossier et l’ensemble des acteurs. Nous sommes en particulier attachés à ce qu’une future réforme mette en convergence les STAPS et IUFM et non en opposition. Par ailleurs, le SNEP-FSU considère qu’un développement de la recherche en éducation est indispensable et fera des propositions en ce sens.

La revalorisation tant professionnelle que salariale des enseignants d’EPS de statut de second degré affectés dans l’enseignement supérieur et de la recherche
Les enseignants d’EPS ont un statut particulier et sont, compte tenu de l’histoire de la discipline, très nombreux dans l’Université. Ils sont aussi nombreux à être docteurs, qualifiés, sans pouvoir accéder aux postes d’enseignants-chercheurs. Nous souhaitons ouvrir le chantier de leur revalorisation et de l’amélioration de leurs conditions de travail.
Dans l’intérêt des étudiants, les questions de l’EPS et du sport ne peuvent rester les éternelles oubliées de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Dans l’attente d’une audience, nous vous prions de croire, Madame la Ministre, à l’expression de notre considération distinguée.

 


Serge CHABROL
Secrétaire Général

Pascal ANGER,
Secrétaire National

PS : l’EPS ayant des caractéristiques et des spécificités propres, pleinement intégrée à des problématiques plus générales (formation des enseignants, recherche) nous avions sollicité de votre part qu’un-e conseiller-e, ayant déjà une connaissance approfondie des questions de l’EPS à l’université, des STAPS et du sport universitaire soit plus particulièrement chargé-e du suivi des dossiers de notre discipline, au sein de votre cabinet. Nous réitérons cette demande.