|

Edito de Benoît Hubert
Secrétaire général du SNEP
Mai 2017

Offensifs pour porter nos revendications

A l’issue du congrès national, le SNEP-FSU s’est doté de nombreux mandats sur les 2 versants qui nous préoccupent : l’EPS et le sport. Ainsi, nous avons produit les orientations pour un projet d’école, des programmes alternatifs, la transformation du DNB pour prendre en compte les acquisitions réalisées en EPS, la formation, qu’elle soit initiale ou continue, d’exigences sur les conditions de travail… et sur le champ du sport avec 10 propositions pour sa démocratisation et le respect des personnels. Se doter de revendications pour faire reconnaitre et progresser la discipline, la place du sport dans notre société, pour revaloriser les personnels est essentiel, c’est une première étape qui doit maintenant trouver les formes et moments, pour être portée et trouver des échos auprès des décideurs. Après l’élection du nouveau président et au vu du programme sur l’école ou du sport développés par son mouvement « En Marche », chacun-e mesure bien que le chemin sera semé d’embûches et difficile. Nous aurons probablement à combattre certaines mesures ayant trait à l’autonomie renforcée des établissements, à l’individualisation des apprentissages, à la marchandisation du sport… mais ne perdons pas de vue notre projet et popularisons-le dès à présent.
La campagne pour les élections législatives qui s’ouvre doit être un premier moment fort pour porter la vision que nous avons de l’école, de l’EPS, du Sport Scolaire, du sport, des personnels et de leurs conditions de travail. Chaque candidat aux législatives doit être interpellé sur la base de nos revendications nationales, mais aussi locales. Le SNEP-FSU questionnera localement les candidats, mais il appartient à chacun-e d’entre nous d’entrer de manière volontariste en campagne pour une revalorisation de notre discipline, du sport et de nos métiers.
Au-delà des projets gouvernementaux, notre avenir est entre nos mains et rien n’est jamais écrit à l’avance. Les propositions de mobilisation sur le LSU, la mise en oeuvre des programmes alternatifs dans les établissements, la remise d’un diplôme EPS en fin de cycle, … sont autant de combats à mener pour marquer les consciences et revendiquer des transformations. Pas de fatalisme, pas d’attentisme, mais une attitude combative et constructive en cette fin d’année scolaire.

Page précédente