|

Edito de Joseph Boulc'h
Responsable Secteur Agriculture
13/11/18

En septembre 2017, le gouvernement de M. Philippe entamait réellement son premier exercice, sous la « haute direction » de M. Macron, Président depuis quelques mois. Un an après, où en est-on ?

Pour la FSU et le SNEP, c'est clair, ce gouvernement ne fait pas le choix de la solidarité et des transformations sociales. Il manque d'ambition. Mais de quelle ambition parlons-nous ? Il s'agit d'imaginer une société plus juste où s'exprimerait la solidarité entre les individus, entre les pays, quelles que soient leurs cultures.

Une ambition pour la planète et sa durabilité : la démission de Nicolas Hulot illustre parfaitement le manque d'ambition dans ce domaine.

Une ambition pour des rapports sociaux équilibrés : la réforme des retraites programmée pour l'automne, ne s'annonce guère prometteuse de solidarité intergénérationnelle. La réforme de la fonction publique autour de quatre chantiers, "paritarisme", "recours aux contractuels", "rémunérations au mérite", "accompagnement des agents du service public", sera un véritable tsunami. C'est le projet, issu du Conseil National de la Résistance, qui est totalement remis en question.

Qu'il doive évoluer, certes, mais sans abandonner les fondamentaux qui ont guidé nos ainés pour reconstruire le monde et la France dévastée de 1945. Les services publics de qualité de notre pays sont la richesse des démunis. Même les analystes les plus libéraux reconnaissent que notre pays a mieux résisté à la crise financière de 2008, grâce à notre modèle social.

Dans notre domaine, l'éducation, l'enseignement et l'EPS, l'horizon n'est guère dégagé.

Pêle-mêle, signalons :
 La réforme du bac aux objectifs et à l'organisation très contestables (perte de 0,5 h d'enseignement d'EPS en bac STAV, quelle place au bac S EAT ?...).
 Le report d'un an des accords du PPCR.
 L'augmentation de 10% du prix de la licence UNSS,
 La semaine de quatre jours dans le 1er degré, contre l'avis des chercheurs en sciences de l'éducation et des chrono-biologistes.
 La remise en cause du ministère de la Jeunesse et des Sports où le sport de haut niveau sera confié à une agence, et l'éducation populaire déléguée aux collectivités territoriales.

Malgré tout cela, nos politiques affichent leur volonté de faire de notre pays une "nation sportive". !!! NON, cela ne se mesure pas au nombre de médailles olympiques, mais bien aux conditions dans lesquelles nos jeunes éprouvent de la satisfaction à découvrir et pratiquer des APSA dans nos lycées et au sein des clubs associatifs structurés.

Que faire ?

« Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage : polissez-le sans cesse et le repolissez » écrivait déjà Boileau au 17ème siècle, une manière élégante et poétique de dire qu'il « ne faut rien lâcher » et résister pied à pied !

Comment faire ?

Chacun d'entre nous possède ce potentiel et une boite à outils pour faire vivre nos convictions, pour une société plus juste, à conditions de dépasser nos craintes. Les limites se trouvent bien souvent en nous : nous n'osons pas, nous partons perdant d'avance, nous croyons connaître la réponse avant de l'avoir posée : « à quoi bon puisque.. ? Eh bien, inversons cette stratégie infernale partout et à chaque occasion : utilisons et participons aux heures d'informations syndicales dans les établissements, informons nos élèves et leurs parents, des points négatifs de la réforme du bac, participons aux conseils d'intérieur et d'administration des établissements, rencontrons les instances administratives...

Et puis, fin novembre/début décembre, chacun d'entre vous doit exercer son devoir d'enseignantcitoyen : prendre quelques minutes pour :

« VOTER aux élections professionnelles et élire ainsi vos représentants dans les conseils techniques ministériels et dans les commissions administratives paritaires ». Chacune, chacun d'entre vous a eu l'occasion au moins une fois, de faire appel durant sa carrière à un élu ou un représentant syndical pour un simple renseignement. Alors ne laissez pas les autres décider pour vous :

Agissez et Votez pour la FSU,
Votez pour le SNEP-FSU, Votez pour le SNETAP-FSU

 

Page précédente