|

Secteur Sports - Edito de Gwénaëlle Natter, Secrétaire nationale - Secteur Sport
Avril 2018

Parce que le sport le vaut bien !

Après la trêve olympique, avec des jeux d’hiver 2018 qui ont apporté leur lot de satisfactions mais aussi quelques questions, il nous faut déjà reprendre le combat !

Parce que la fonction publique est garante de l’intérêt général, parce que les moyens existent pour mettre en oeuvre des orientations de progrès social pour tous, parce que le recul de nos droits ne se négocie pas mais se combat, le SNEP-FSU se bat, aux côtés des agents, pour la reconnaissance de leur travail et la défense du service public.

Parce que le sport est un enjeu social, citoyen et d’intérêt général, le SNEP-FSU agit pour qu’il y ait plus de sport, de meilleure qualité, pour toute la population et sur tout le territoire (outre-mer compris), tout en renforçant l’EPS qui demeure la seule pratique pour 50% des jeunes qui n’ont que l’école pour connaître le sport.

Protester et contester les orientations actuelles est nécessaire mais pas suffisant.

Se projeter vers un avenir meilleur, avec une organisation davantage en prise avec les aspirations de nombre de citoyen-nes pour permettre la pratique de toutes et tous, est indispensable. C’est la raison pour laquelle le SNEP-FSU continue son travail de réflexion autour d’une nouvelle structuration du Ministère et du rôle que doivent jouer dans ce cadre les professeurs de sport et les CTPS.

Au-delà de la défense des agents, de leurs droits, de la reconnaissance de leur travail, de leurs missions, le SNEP-FSU, après avoir lancé dans le débat public « 10 propositions pour le sport », travaille et communique sur la plus-value du ministère chargé des sports et sur la gestion des ressources humaines des ministères sociaux. Sortir des ministères sociaux et intégrer un vaste ensemble éducatif pour créer une nouvelle dynamique et sortir de l’ornière dans laquelle sont enfermés le ministère des sports et son réseau (services et établissements) est primordial pour reconstruire un ensemble plus cohérent et porteur de sens.

Tous les agents quels que soient leur fonction, leur affectation, leur niveau de responsabilité, doivent se saisir de ces débats pour porter ces revendications afin de les faire avancer. Pour que l’héritage 2024 ne soit pas un vain mot, votons massivement pour les listes FSU aux élections professionnelles du 6 décembre 2018 !

Page précédente