|

Rubrique Retraités - Interview de Benoît Hubert
Secrétaire Général du SNEP-FSU
Avril 2019

BC : Comment le SNEP perçoit-il le mouvement des gilets jaunes en lien, notamment, avec les propositions sur les retraité-e-s ?

Les revendications portées par le mouvement des Gilets Jaunes se sont, dès le départ, axées sur la question essentielle du pouvoir d’achat. Les politiques libérales poursuivies ces dernières années et amplifiées sous la présidence de Macron ont provoqué de fortes fractures sociales et une paupérisation d’une partie de la population. Précarisation des chômeurs, des salariés, des retraités… tous se retrouvent dans les questions portées par le mouvement, questions qui sont au centre des préoccupations et des actions du syndicalisme depuis longtemps. Bien sûr, s’agissant d’un mouvement social partant de citoyens sans leader déclaré, rejetant tous les corps constitués dont les syndicats, des revendications ont pu poser questions comme la volonté de développer le service public, tout en conspuant de prétendus privilèges des fonctionnaires et en demandant la baisse des impôts. Certes, nous avons à travailler la question d’une réforme fiscale d’ampleur pour qu’il soit plus juste et que l’effort soit mieux réparti et réexpliquer le rôle de la Fonction publique en France et son intérêt mais, ce qu’il y a pu avoir de positif dans l’occupation des ronds-points, c’est que la conscience politique et l’éducation populaire a pu franchir un cap dans la compréhension de ces différents enjeux. Dans ce mouvement de contestation et de revendications, il est tout à fait logique qu’à un moment donné les retraités se soient retrouvés en première ligne. C’est sur eux qu’ont pesé une partie des toutes premières mesures de Macron, en grevant fortement leur pouvoir d’achat. La réindexation des retraites sur les salaires est un premier pas gagné par ce mouvement et il faudra attendre la fin du grand débat national, si toutefois il est permis d’en espérer quelque chose, pour voir quelles mesures seront arbitrées pour les retraités. Les signaux restent toutefois assez négatifs si l’on en juge des communications et du projet de réforme des retraites, dont les débats débuteront dès cet été. Si la question du pouvoir d’achat des retraités est essentielle, la question des retraites pour le futur va revêtir un enjeu majeur.

Page précédente