Jeudi 27 avril 17 | 05:18:44 

 
         
 
 
 

 

NOUS CONTACTER

educ@snepfsu.net
01.44.62.82.23

 
  Les concours > Devenir enseignant d'EPS (maj le 2/09/16)

Devenir enseignant d'EPS

La réforme de la formation des enseignants s’est mise en place en 2009 contre l’avis de tous les acteurs. Elle a déjà occasionné de nombreux dégâts pour les étudiants et formateurs : suppression de toute référence nationale des masters, inégalités territoriales renforcées, étudiants en difficulté pour mener à bien préparation au concours, master et stages en responsabilité totale, alors que les préparations sont insuffisantes, pas de préparation concours hors diplôme, etc.

Pour la rentrée 2016, 2 types de fonctionnaires stagiaires exerceront leur stage :
- un service à 20H (lauréats du concours réservé 2016 et Ex contractuel (1 an et demi d’enseignement de la discipline sur les 3 dernières années), devant élèves et une formation très limitée, basée sur le compagnonnage,
- un service à 8h/9h + 3h UNSS sur un semestre (lauréats concours rénové 2016) devant élèves et un parcours de formation adaptée.

Le SNEP demande un aménagement de la réforme de la formation et fait des propositions alternatives. (voir page ESPE)

Les Concours de recrutement

Les CAPEPS
- Externe : principale voie d’accès au métier d’enseignant d’EPS, vient d’être modifié. En 2016, il y avait 820 postes, ce qui ne couvre qu’un départ en retraite sur 2.

- Interne : est ouvert aux personnes non titulaires, aux titulaires d’un autre corps (PE…) ou d’une autre fonction publique. 3 années de service public sont demandées. Après sa fermeture durant plusieurs années, il a été ré-ouvert en 2010 avec 40 postes. En 2016, il y a 66 postes.

- Réservé : est ouvert aux personnes non titulaires. Après sa fermeture durant plusieurs années, il a été ré-ouvert en 2013. En 2016, il y a 77 postes.

- Le 3e CAPEPS qui n’a plus été ouvert depuis 2005, est réservé aux personnes justifiant d'une ou de plusieurs activités professionnelles accomplies dans le cadre d'un contrat de droit privé.

Les agrégations
- Externe : devrait tirer vers le haut les recrutements, mais avec seulement 51 postes ouverts en 2016, elle représente essentiellement un débouché pour les normaliens de l’ENS (2/3 des admis).

- Interne : représente une voie de promotion pour les enseignants d’EPS. Seulement 108 postes étaient proposés en 2016. 5 années de service public sont demandées.

Des informations à destination des candidats aux concours externes, internes et réservés (programmes des épreuves, conditions requises d'inscription, nature des épreuves, rapports des jurys...) sont consultables pour les personnels enseignants : http://www.devenirenseignant.gouv.fr

A NOTER :
Pour l’ensemble des concours, les candidats aux concours doivent remplir les conditions générales d'accès à un emploi public (notamment la nationalité, la jouissance des droits civiques, l'absence de condamnation incompatible avec l'exercice des fonctions postulées, et la position régulière au regard des obligations du service national) fixées par les articles 5 et 5 bis de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligations des fonctionnaires au plus tard :
- soit à la date de la première épreuve écrite ;
- soit à la date d'envoi du dossier RAEP fixé par l'arrêté d'ouverture des recrutements (recrutements réservés et concours internes).
Il en est de même pour les candidats à un contrat dans les établissements d'enseignement privés sous contrat en application de l'article R. 914-14 du code de l'éducation.

Arrêté du 9 septembre 2013 relatif aux diplômes et titres permettant de se présenter aux concours externes et internes de recrutement de personnels enseignants des premier et second degrés et de personnels d'éducation relevant du ministre chargé de l'éducation nationale

De plus, il faut être en possession :
- Au plus tard à la date de publication des résultats d’admissibilité:
Décret n° 2004-592 du 17 juin 2004 modifié par l'arrêté du 31-08-2004

  • d’une qualification ensauvetage aquatique
  • d’une qualification en secourisme.

- Au moment de l’admission :

  • d’un certificat de non contre-indication à la pratique des APSA dans lesquelles vous devez réaliser une prestation physique  à présenter lors des épreuves d’admission et datant de moins de 4 semaines.

- Certificats exigés des lauréats des concours du second degré : CLES et C2i abrogés

Le décret n° 2013-768 du 23 août 2013 relatif au recrutement et à la formation initiale des enseignants légalise la nouvelle modalité de recrutement.
L’article qui exigeait, dans le précédent décret le CLES et le C2i, est abrogé.
L’article 62 donne dérogation pour les stagiaires 2012/2013 et 2013/2014. Ces stagiaires devront simplement suivre les formations proposées pour avoir l'équivalent de ces certificats dans les 3 années à venir.

Pour les concours suivants (à partir de 2014), les exigences de LV et TICE sont intégrés dans les masters (ce ne sont pas obligatoirement des certifications). Il suffit d'avoir un master.

Commentaire :
Le SNEP conteste la note éliminatoire de zéro dans les pratiques physiques, compte tenu du risque de blessures important pendant le déroulé des épreuves.

La préparation aux concours et les masters

La préparation au concours s’effectue depuis 2009, soit au sein d’un cursus préparant en même temps le master, soit à la suite de l’obtention d’un master. Les concours dépendant du ministère de l’éducation nationale, et les masters dépendant du ministère de l’enseignement supérieur, ces formations sont soumises à des contraintes particulières.

Les contenus de master préparant au métier d’enseignant
Dans le cadre d’un master qui intègre la préparation au concours, cette dernière peut être un simple module venant s’ajouter à un master existant ou un master spécifiquement dédié à la formation d’enseignant (dit master « métiers de l’enseignement »).
Les contraintes de ces masters sont lourdes parce qu’ils poursuivent 4 objectifs simultanément (C. 09- 1037 du 23/12/09) :

– Initier à la recherche, en amenant les étudiantsà réaliser un mémoire de recherche (ou TER)
– Préparer le CAPEPS ou l’agrégation
– Assurer un début de formation professionnelle (stages) puisqu’en cas de réussite au concours, ils dispenseront un enseignement en pleine responsabilité
– Proposer aux étudiants ayant échoué aux épreuves d’admissibilité des formations offrant des débouchés divers.

Commentaire : le SNEP pense que pour assurer l’ensemble de cette formation et éviter la surcharge en master2, il faut penser le cursus sur 5 années et obtenir une année de formation post-concours avec un mi-temps de formation.

Les stages
Rappelons que le stage n’est pas obligatoire pour se présenter au concours, mais il est possible que ce dernier soit rendu obligatoire dans certains masters.

Commentaire : le SNEP souhaite que les stages aient une place importante dans les masters mais refuse que les étudiants soient en totale responsabilité de classe sans accompagnement car d’une part la charge et la responsabilité sont trop lourdes, d’autre part le ministère se sert des étudiants pour les remplacements. Le SNEP demande que la prise de responsabilité soit progressive et que les stages de pratique accompagnée soient rémunérés ; qu’un budget soit alloué pour rembourser les frais de déplacements des étudiants et des formateurs qui viennent les visiter.

La préparation au concours des étudiants déjà titulaires d’un master

Cette préparation est un impensé de la reforme !
Il manque un dispositif spécifique qui reste à mettre en place. Actuellement, les étudiants peuvent soit bénéficier de formations que les universités proposent sur fonds propres, soit de formation dans le cadre de diplômes universitaires (DU) payants, soit des formations à distance (très limitées) ou par le CNED (centre de formation à distance, payant), le tout fonctionnant dans un système de concurrence avec des formations privées.

Le congé de formation professionnelle

Connaître : D. 2007-1470 du 15/10/07 pour les titulaires, D. 2007-1942 pour les non titulaires
Il est attribué pour une formation à caractère personnel ou professionnel et est ouvert dans la limite des crédits disponibles aux agents ayant accompli au moins trois années de services effectifs en tant que titulaires ou non titulaires.

Les demandes doivent être adressées au recteur par voie hiérarchique.

Les bénéficiaires s’engagent à rester au service de l’État pendant une durée égale au triple de celle pendant laquelle l’indemnité a été perçue. Ce congé ne peut excéder trois ans sur la durée de la carrière. Il donne droit à une indemnité mensuelle, pendant 12 mois maximum consécutifs, égale à 85% du traitement brut et de résidence perçu au moment de la mise en congé avec un plafond correspondant à l’indice nouveau majoré 542 = indice brut 650.

Le détachement

Connaître : NS n° 2013-027 du 25-2-2013 - BO n° 10 du 7 mars 2013
Les corps des Professeurs d'EPS et Agrégé prévoient la possibilité d'accueillir en détachement des fonctionnaires de catégorie A relevant du ministère de l'éducation nationale. Dans ce cadre, les recteurs organisent l'accueil et mettent en place les dispositifs de formation et d'accompagnement destinés à favoriser la prise de fonction de ces personnels.

En ce qui concerne les candidatures, seuls les dossiers revêtus d'un avis favorable du recteur pour le second degré, seront transmis à la DGRH. La décision finale sera arrêtée par le ministre, après avoir recueilli l'avis de la commission administrative paritaire nationale (CAPN) du corps d'accueil concerné.

Le fonctionnaire en position de détachement bénéficie du principe dit de la « double carrière ». Ce principe, renforcé par la loi du 3 août 2009 citée en référence, permet en particulier à l'agent qui réintègre son corps après une période de détachement, ainsi qu'à celui qui intègre le corps dans lequel il était détaché, de conserver le bénéfice des mesures d'avancement d'échelon et de grade qui ont pu être prononcées à son égard aussi bien dans son corps de détachement que dans son corps d'origine, si elles lui sont plus favorables.

Le détachement est révocable avant le terme fixé par l'arrêté de détachement, soit à la demande de l'administration d'accueil, soit à la demande du fonctionnaire si celle-ci est formulée dans un délai raisonnable, soit à la demande de l'administration d'origine.


 

Copyright © 2015 SNEP. Version 4 publiée le 18 septembre 2015 - Mentions légales & Pub