Mardi 23 mai 17 | 16:37:49 

 
         
  Carrière > Actualités (maj le 23/05/17)

 

Actualités Carrière

Contingents 2017 Hors-classe des Professeurs EPS, CE d'EPS et classe exceptionnelle des CE d'EPS
Le 23/05/17

Les contingents 2017 nous ont été communiqués.
Nous sommes intervenus jusqu’au dernier moment pour obtenir que les contingents puissent dans toutes les académies couvrir les 11ème échelons (notamment en 29ème base).

Les ratios promus-promouvables pour l'année 2017 ont été maintenus au même niveau que l'an passé, pour la hors classe des Professeurs d'EPS à 7 %, à 100 % pour la hors classe des CE d'EPS et à 50 % pour l'accès à la classe exceptionnelle des CE d'EPS.

Télécharger les contingents 2017 (pdf, 15.2 ko)


Circulaires Fonction publique « Temps de travail et maladie dans la Fonction Publique » : dangereuses sur le fond et inutiles sur la forme
Communiqué de presse FSU le 28/03/17

Le jeudi 23 mars 2017, le ministère de la Fonction publique a présenté aux organisations syndicales deux projets de circulaires : l’une concernant « L’application des règles en matière de temps de travail » et l’autre « La prévention des absences pour raison de santé ».
D’entrée de jeu, la FSU a averti le directeur de cabinet de la Ministre, qui animait cette réunion, du caractère inopportun de la période de parution de ces deux circulaires.
A l’heure où les fonctionnaires sont l’objet d’attaques incessantes concernant le temps de travail et/ou l’absentéisme, où, malgré le soutien de l’opinion publique, ils peuvent parfois être en proie au doute sur leur engagement au service de l’intérêt général tant les récriminations à leur égard sont fortes, ces deux textes stigmatisant pour l’image des fonctionnaires vont, de facto, contribuer à alimenter les discours populistes à l’encontre des agents et des services publics.
La FSU a insisté sur le fait qu’une telle démarche est dangereuse dans la période électorale actuelle.
Lire la suite >>


Revalorisation des indemnités pour l'enseignement adapté : des avancées du ministère mais peut mieux faire !
Le 23/03/17

A l'examen du Comité Technique Ministériel du 8 mars 2017, il y avait deux textes indemnitaires qui concernaient les enseignants d'EPS.
Un projet de décret met en place une nouvelle indemnité de fonction particulière (IFP) qui sera attribuée à tous les collègues qui assurent plus d'un demi service en SEGPA, EREA,ULIS notamment et qui sont titulaires du CAPEI (Certificat d'aptitude Professionnelle aux pratiques de l'éducation inclusive, qui est le nouveau 2CASH). Dans une période transitoire de 5 ans, tous les personnels affectés dans ces lieux pourront bénéficier de cette indemnité, qui sera fixé par arrêté à un montant de 834 euros. Dans le projet qui nous avait été présenté au mois de septembre cette période transitoire était proposée à 2 ans nous étions alors quasiment les seuls à demander à ce que cette période soit portée à 5 ans, ce qui a été effectivement réalisée. Pour les enseignants d'EPS, cette mise en place sera un gain pour toutes et tous. Les principaux personnels concernés seront notamment les collègues affectés en EREA.

Un deuxième projet de décret met en place une nouvelle indemnité qui a vocation à se substituer à l'IFSS (Indemnité Forfaitaire de sujétions spéciale (excepté pour les coordonnateurs de classe relais) que touche les collègues exerçant en SEGPA, en EREA au prorata de leur service. Le montant en sera fixé par arrêté à 1765 euros. Cela représentera un gain notable pour les collègues exerçant en SEGPA. Par contre la problématique pourra être toute autre pour les collègues exerçant en EREA car ils touchaient majoritairement des Heures de Coordination et de Synthèse (HCS). Or sans le bénéfice de l'IFP certains d'entre eux y perdront financièrement. La problématique est encore plus sérieuse pour les Professeurs des écoles et Professeurs de lycée professionnels concernés car nombre d'entre eux y perdent. Au final si la FSU salue la mise en place plus sécurisante d'une indemnité en lieu et place d'HCS, elle en dénonce le montant ce qui a amené à un vote partagé des différents syndicats de la FSU en séance.
Benoit Chaisy


Concours spécial docteurs : Toujours une fausse bonne idée !
Le 26/02/17

Le 15 février s’est tenu un Comité Technique Ministériel qui avait à l’ordre du jour la mise en place dans les décrets statutaires enseignants d’un concours spécial pour les docteurs, à l’instar de ce qui s’est fait chez les agrégés.
Nous avons bien sûr redit notre opposition à cette façon de faire. En effet le SNEP et la FSU sont favorables à tout ce qui peut permettre de résoudre la crise de recrutement que connaissent les corps d’enseignement. Toutefois, le processus proposé, à l'identique de celui mis en place pour les professeurs agrégés pose des questions lourdes. Tout d’abord, ces concours sont des concours de recrutement pour exercer principalement dans les premier ou second degrés. Ensuite les modalités prévues n'auront pas pour conséquence d’augmenter le nombre global de places aux concours externes. Par ailleurs le risque est d’attirer des candidats qui, dès le concours obtenu, iront exercer dans l’enseignement supérieur. Risque d’autant plus grand que les budgets des universités étant extrêmement contraints, elles sont incitées à recruter des PRAG, PRCE ou PRPE, personnels dont le rapport enseignement/coût est moins élevé que celui des Maîtres de conférence ou des professeurs d'université. Le SNEP et la FSU considèrent qu’il n’y a pas nécessité de construire des épreuves spécifiques pour les étudiants ayant un doctorat et souhaitant passer les concours d’enseignement, d’éducation et de psychologues de l’Éducation nationale. L’objectif de ceux-ci est de vérifier la connaissance des candidats sur la réalité des métiers des premier et second degré, leur capacité à transmettre les connaissances qu’ils ont acquises et leur connaissance du système éducatif. Leur parcours spécifique en tant que docteur par l’appropriation des techniques de recherche doit conduire notre administration à leur proposer une préparation au concours adaptée ainsi qu’un parcours adapté dans le cadre de leur année de stage. Il est prévu de reconnaître leur qualification lors de leur reclassement par l’attribution d’une bonification d’ancienneté de 2 ans. Le SNEP et la FSU demandent que cette bonification d’ancienneté soit attribuée à tous les personnels ayant un doctorat, que celui-ci soit obtenu avant ou après le passage du concours.En quelques lignes ci-dessous, l’appréciation que nous avons porté sur ce sujet.
L’UNSA a voté Pour (alors que la dernière fois ils n’avaient pas participé au vote tout en disant qu’ils étaient contre...) et la CFDT a voté en abstention tout en précisant qu’ils étaient contre (et qu’ils avaient voté contre pour les agrégés). Toutes les autres organisations (FGAF, FO et CGT) ont, à l'instar de la FSU, voté contre ce décret.

Benoît Chaisy


Un rythme commun pour tous : un système plus juste, plus efficace
Le 10/01/17

Le protocole PPCR va mettre en place un rythme quasi unique pour toutes et tous sur la classe normale.
D’une différence possible de 10 ans entre 2 collègues, nous passerons à 2 ans. C’est pour le SNEP-FSU une avancée majeure.
En effet, nous ne cessions de dénoncer depuis de nombreuses années, les injustices flagrantes de ce système et les représentations (mérite concurrence...) qu'il induisait. Le travail de suivi réalisé par les commissaires paritaires du SNEP-FSU montrait un certain nombre de ces inégalités : tout d’abord les collègues en retard d’inspection étaient largement défavorisées (notamment les TZR, les collègues éloignés géographiquement des rectorats, les femmes lors des congés maternité voire en congé parental…), ensuite ceux qui étaient inspectés l’année précédant leur promotion possible au grand choix doublaient leur chance d’être promus. La date et le rythme d’inspection étaient donc des éléments majeurs dans les promotions possibles plus que tout autre.
Nous constatons que nombre de corps ont des rythmes d’avancement d’échelon unique : personnels de direction, corps d’inspection, maîtres de conférences sans que l’administration n’y trouve à redire et sans que cela n’influence la qualité de leur travail.
Nous avions déjà fait prendre en compte ces rythmes uniques pour les carrières enseignantes dans la hors classe et pour les débuts de carrière jusqu’au 4ème échelon. C’est donc une extension de ces rythmes automatiques qui est instaurée au 1er septembre 2017.
Le rythme choisi par le ministère n’est pas celui revendiqué par le SNEP-FSU qui demandait à ce que l’on cale cela sur le rythme du grand choix pour toutes et tous mais cela mettra un peu plus de justice dans les carrières et poussera, nous l’espérons, les hiérarchies à favoriser le travail collaboratif et non la mise en concurrence.
Benoit.chaisy@snepfsu.net


Détachement de fonctionnaires de catégorie A dans les corps des personnels enseignants des premier et second degrés et des personnels d'éducation relevant du ministère de l'éducation nationale
Le 22/12/16

NS n° 2016-198 du 15-12-2016


Promotions corps-grade des personnels - année 2017
Le 22/12/16

B.O N° 47 du 22 décembre 2016

Accès au grade de professeur agrégé hors classe NS n° 2016-191 du 15-12-2016.
Avancement de grade à la hors-classe des professeurs certifiés, des professeurs de lycée professionnel, des professeurs d'éducation physique et sportive et des conseillers principaux d'éducation - NS n° 2016-192 du 15-12-2016.
Accès au corps des professeurs agrégés - NS n° 2016-193 du 15-12-2016.
Avancement de grade des chargés d'enseignement d'éducation physique et sportive et des professeurs d'enseignement général de collège - NS n° 2016-195 du 15-12-2016.
Accès aux corps des professeurs certifiés et des professeurs d'éducation physique et sportive - NS n° 2016-196 du 15-12-2016.
Intégration des adjoints d'enseignement et des chargés d'enseignement d'éducation physique et sportive - NS n° 2016-197 du 15-12-2016.


Vous exercez en SEGPA, EREA, ULIS, enfin de nouvelles avancées dès la rentrée 2017 !!
Le 10/10/16

Le 28 septembre 2016 s'est tenu un groupe de travail ministériel traitant notamment des indemnités des enseignants exerçant en enseignement spécialisé et adapté.
Il ressort de ce GT que l'indemnité ouverte lors d'exercice en SEGPA, en EREA, en ULIS sera largement revalorisée. Elle est aujourd'hui pour les enseignants d’EPS de 462,38 euros. Les enseignants la perçoivent au prorata de leur exercice dans ces classes. Elle serait supprimée et remplacée par une nouvelle indemnité de 1765 euros, attribuée également au prorata de l'exercice dans ces classes. La première version de cette indemnité imposait la présence aux réunions de concertation en SEGPA ou en EREA. Si l'utilité des ces concertations est bien réelle, il n'est pas toujours possible pour les enseignants d'être libérés (voire invités, ou rémunérés pour ces réunions). Notre demande de suppression de cette imposition a été entendue et ne figure plus dans le projet qui nous a été transmis.
Actuellement, un professeur ou CE d’EPS exerçant devant 2 classes de SEGPA à 3 heures d'EPS, touche 138,71 euros à l’année (163,19 euros pour agrégé). A la rentrée prochaine, il percevrait 529,5 euros (622,94 pour un agrégé) soit près de 400 euros de plus .
Un enseignant d’EPS affecté à temps complet en EREA, touche actuellement l'IFSS (Indemnité forfaitaire pour sujétions spéciales) à 462,38. Avec cette nouvelle indemnité, il toucherait1765 euros soit un gain de près de 1300 euros.
Par ailleurs, une indemnité de fonction particulière est créé pour les enseignants d'EPS. Le montant en est de 834 euros. Elle serait attribuée aux enseignants d’EPS qui assurent au moins un demi-service en SEGPA, EREA ou Ulis et sous condition de détention du 2CA-SH (Certificat complémentaire à l'aide scolarisation du handicap). Toutefois pendant une durée transitoire de 2 ans tous les enseignants d'EPS remplissant les conditions d'un demi service pourraient la toucher ; le temps de passer et d'obtenir le 2CA-SH. Nous avons demandé à ce que cette période transitoire soit portée à 5 ans (la formation est extrêmement lourde et les départs en formation ne sont pas assurés tous les ans).
C'est un signe de reconnaissance dans lequel s’engage (assez tardivement il faut le reconnaître) le ministère. Ce n'était pas la référence du SNEP-FSU qui continue de demander des pondérations de service pour l'exercice en SEGPA et en EREA ; pondération qui serait un premier point de départ de l'amélioration concrète des conditions de travail des enseignants. Néanmoins, cela permettra une revalorisation indemnitaire de l'exercice de ces fonctions.
Le SNEP-FSU est intervenu pour acter ces avancées, pour s'assurer que les TZR en suppléances courtes ou à l'année soient bien concernés par ces dispositifs et a demandé à ce que les congés de formation syndicale soient exclus des retenues éventuelles prévues sur ces indemnités. Nous serons vigilants à ce que ces propositions se traduisent en actes dès la rentrée prochaine.

Projection gain exercice en SEGPA rentrée 2017 (pdf 73.6 ko)


La « carotte » aux heures supplémentaires est révolue !

Le décret abrogeant la prime pour les enseignants exerçant au moins 3 heures supplémentaires est paru fin août. La suppression de cette prime sera effective à cette rentrée. Rappelons qu'elle a été mise en place sous Sarkozy avec le "travailler plus pour gagner plus". Cela évitait de parler de l'augmentation des rémunérations et permettait le "travailler plus pour recruter moins"! Les HSA venant compenser les heures postes supprimées. La FSU avait à l'époque voté contre la mise en place défendant l'emploi et le recrutement et a donc tout naturellement voté pour sa suppression. Il faut noter que l'UNSA s'est abstenu afin de ne pas mettre en porte à faux certains chefs d’établissements qui se seraient appuyés sur cette prime pour faire accepter 3 HSA ou plus. L'intérêt général et des élèves semble bien loin....
Certains ont voté contre sa suppression arguant qu'ils sont pour la « revalorisation salariale par tous les moyens possibles» du pouvoir d'achat des collègues. Pour la FSU, la revalorisation de quelques-uns pour diminuer les recrutements des jeunes, est un marché perdant-perdant que nous n'avons jamais soutenu. D'ailleurs cette prime venait augmenter les écarts de salaires entre hommes et femmes, les heures supplémentaires étant massivement assumées par les hommes.
Résultat du vote : La FSU ainsi que la CGT et la CFDT ont voté pour l’abrogation de cette prime, l'UNSA s'est abstenu, le SNALC et FO ont voté contre.
Pour le SNEP et la FSU, la revalorisation de la rémunération du travail de toutes et tous est une priorité. C’est le sens de notre action dans le cadre des négociations PPCR, qui a abouti au dégel de la valeur du point. Nous continuons de revendiquer l'indexation du point d'indice sur l'inflation et d’un plan de rattrapage des lourdes pertes subies dans les 5 dernières années.
Nous continuerons avec constance et obstination et surtout quelques principes et valeurs à défendre un service public d'éducation le plus juste possible et l'intérêt général des personnels.

Benoit Chaisy


Archives Carrière

Année 2015-2016 Lire

Année 2014-2015 Lire

Année 2013-2014 Lire

Année 2012-2013 Lire

Année 2011-2012 Lire

Année 2010-2011 Lire

Année 2009-2010 Lire

 


 

Copyright © 2015 SNEP. Version 4 publiée le 18 septembre 2015 - Mentions légales & Pub