|

Secrétariat National du SNEP-FSU
14 avril 2021

Construire l’EPS de demain

La crise sanitaire que nous subissons depuis plus d’un an est le vecteur de retombées contradictoires. La pandémie a mis sur le devant de la scène le rôle primordial de la pratique physique et jamais l’EPS n’a été autant l’objet d’attentions diverses et variées. Si la presse nationale et régionale s’est emparée des questions relatives à l’EPS et de la nécessité de cet enseignement, nos gouvernants et nos décideurs en traitent différemment en continuant à la stigmatiser et l’amenuiser.

Ainsi, alors que tous évoquent la nécessité d’augmenter les temps de pratique, le ministère développe des stratégies d’externalisation (2S2C, 30 minutes par jour), continue à supprimer massivement des postes et renvoie vers d’autres cet enjeu des pratiques, en manipulant le concept de « sport à l’école ». De l’autre côté, la majorité gouvernementale construit une loi pour démocratiser le sport en France en affirmant haut et fort que l’EPS et le Sport Scolaire n’ont aucun rôle à y jouer… Enfin, pour compléter un tableau peu réjouissant, la discipline et les enseignants sont considérés comme laxistes face aux entorses « exponentielles » aux principes de la République lors des cours…

Le « en même temps » qui consiste à vouloir valoriser la pratique tout en attaquant la discipline scolaire et les enseignants qui, au quotidien, mettent en oeuvre cette pratique, n’a que trop duré.

Puisque personne ne semble connaitre, considérer l’EPS et le Sport Scolaire à leur juste valeur compte tenu des apports essentiels pour la formation de chaque citoyen en devenir, il nous revient, à nous, enseignant.e.s d’EPS, de porter ce message. Si l’on veut développer la pratique de tou.te.s les jeunes, si l’on veut démocratiser le sport en France, il y a des mesures indispensables à prendre. Augmenter les horaires EPS à hauteur de 5 heures hebdomadaires, recruter massivement, développer les infrastructures sportives, revaloriser et reconnaitre les personnels, améliorer la formation initiale et continue, … les recettes sont connues, elles sont au coeur de nos revendications.

La période, aussi difficile qu’elle soit, est peut-être opportune pour pousser nos conceptions du métier et du sport en France.

Construire l’EPS de demain se joue maintenant et les échéances électorales doivent nous servir de tremplin. Chacun-e a un rôle à y jouer !

Le secrétariat national

Page précédente