|

Rubrique Métier - Agir dans l'établissement - Edito d'Alain De Carlo
Secrétaire National du SNEP-FSU
Janvier 2021

Engager la bataille pour l’école publique !

Depuis des années, les politiques libérales tentent d’installer dans les têtes le fatalisme et la résignation … A quoi bon lutter ? Cela ne sert à rien : il n’y a pas d’alternatives !

Les victoires sont possibles : luttons et gardons espoir !

Notre Dame des Landes, ADP, réforme des retraites pour l’instant stoppée, moins de postes de fonctionnaires supprimés sous Macron (10 500 au lieu de 50000), ne sont que quelques exemples du résultat des mobilisations nationales et locales. L’histoire nous enseigne que les victoires et les avancées historiques ne s’obtiennent qu’au prix d’une élévation du rapport de force, parfois longue et coûteuse mais toujours légitime. Se résigner, c’est subir. Lutter c’est espérer et construire notre avenir commun.

La casse de l’école continue !

En pleine crise sanitaire, l’école est attaquée : Suppressions de postes, management inadmissible, réformes régressives et inégalitaires: tout y passe ! Subir n’est pas envisageable : ce serait se résigner à la destruction du service public d’éducation. Il nous faut donc agir !

Pour élever le rapport de force et construire l’école de demain, nous appelons à créer des alliances avec les parents d’élèves, à déposer des vœux en CA, à rejeter massivement les DHG et le faire savoir. Tous les acteurs de l’école doivent entrer massivement en action dès le 26 Janvier qui est une première étape de la lutte à engager sur le long terme. Comme la lutte des hospitaliers, des énergéticiens aujourd’hui, il nous faut « relever la tête » et défendre le bien commun qu’est l’école publique.

« Celui qui lutte peut perdre, celui qui ne lutte pas à déjà perdu ». B. Brecht.