|

Edito de Nathalie François
Secrétaire nationale du SNEP - Responsable Sport scolaire
Avril 2021

« Jeux des Jeunes », Bouger et Eduquer... et c’est tout ?

Le 1er avril, la Direction Nationale de l’UNSS a envoyé aux AS une communication à propos des « Jeux des Jeunes », déclinaison des « Jeux des Masters » destinée au public scolaire dans le cadre du programme « Héritage » des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024.

On aurait presque pu croire à un poisson d’avril de la part de l’UNSS et du CNOSF en découvrant les objectifs de ce programme tant le contenu proposé est loin des pratiques sportives :

« BOUGER – Le test de forme » : tests de souplesse, forme, équilibre et endurance. Questionnaires sur le niveau d’activité physique et le comportement alimentaire.

« EDUQUER – Le run-quiz pédagogique » : nutrition, bienfaits de la pratique physique, Olympisme, valeurs du sport, citoyenneté.

Les 2 épreuves « Bouger-Eduquer » seraient-elle un préalable pour entrer dans la culture sportive et artistique ? Pourquoi seules les équipes lauréates (1 équipe par département) pourraient-elles participer à des rencontres autour d’activités sportives ?

Les jeux des Jeunes méritaient d’autres contenus bien plus ambitieux et ancrés dans les pratiques sociales et culturelles. Il aurait pourtant été possible d’intégrer dans le programme des pratiques sportives et artistiques adaptées aux protocoles sanitaires. L’UNSS dans les territoires en propose d’ailleurs déjà.

Nous ne nions pas la nécessité de faire un état des lieux précis de la santé des jeunes, plus encore en ce temps de pandémie et de ses conséquences. Mais la responsabilité de l’UNSS et du CNOSF n’est-elle pas d’abord celle de promouvoir et faciliter l’accès à des pratiques sportives et artistiques ?

Ce ne sont pas de tests de forme et de quiz dont nos élèves ont besoin, mais d’une pratique sportive et artistique régulière qui leur permette, tout en agissant sur leur état de santé, de s’épanouir, de créer du lien avec les autres dans les entrainements comme lors des rencontres, de développer de nouvelles capacités.

En tout cas c’est ce que le SNEP-FSU aurait porté s’il avait été consulté sur les contenus de ces « Jeux des Jeunes » comme cela avait été annoncé dans les instances de l’UNSS. Cela aurait été selon nous nettement plus porteur de sens par rapport à l’héritage des JOP 2024.

nathalie.francois@snepfsu.net