|

Rubrique Enseignement Supérieur - Edito de Pascal Anger
Secrétaire national du SNEP-FSU
Novembre 2020

Des universités, une jeunesse et des personnels ... des richesses maltraitées !

Que ce soit pour les STAPS, les SUAPS-GE, les ENSPE, les AS avec la FFSU, et plus largement pour les universités dans leurs missions enseignement, vie étudiante et recherche … les moyens (postes, crédits (budgets), ISU et surfaces enseignement), en lien avec une forte hausse démographique des effectifs (fait positif), sont largement insuffisants et indécents depuis des années au regard des besoins (Cf précarité chez nombre d’étudiants et pour certains personnels). La note de la Depp sur la DIE particulièrement sur l’ESR, est parlante (dépense intérieure d’éducation cf. http://www.snepfsu.net/outils/docs/20201116_Version_def_sur_note_Die_2019.pdf

Ce manque scandaleux de moyens pèse très lourdement sur le sens et l’organisation de nos métiers et de nos services.

La crise sanitaire, avec l’obligation pour l’ESR de passer en distanciel et en mode présentiel dégradé, quand cela est possible, pour nos enseignements de pratiques d’APSA, met crument en relief ce manque de moyens.  Le distanciel interroge le sens de nos professionnalités. Avec ce confinement, la santé globale (sociale, psychique et physique) des étudiants est fragilisée par la réduction drastique des enseignements et pratiques encadrés des APSA (sous protocole).

Nous appelons aussi les collègues à s’intéresser et à soutenir la lutte contre la loi de programmation de la recherche (LPR) contestée tant sur la méthode que sur le fond (dont les libertés académiques et d’expression, ...) Cette loi de plus ne règle pas les problèmes posés et, pire, va les aggraver. Elle touchera la recherche en STAPS. Cette loi s'inscrit dans les logiques actuelles de mise en concurrence, dénationalisation et d'externalisation entre autres... Elle peut annoncer d’autres projets de ce gouvernement. Nos missions portant sur l’enseignement, la formation, la recherche ... par et dans les APSA sont impactées par ce contexte. Enseignants d'EPS dans l'ESR, nous ne pouvons pas nous penser comme un ilot autonome.

L’activité syndicale du secteur sup du SNEP-FSU avec son réseau de militants ne cesse de se poursuivre, de se déployer tous azimuts ... :

- Des « lettres flashs sup » régulières sur l’actualité,
- Un bulletin spécial conditions d’exercices sup afin de mieux connaitre son environnement pour reprendre la main sur nos métiers,
- Un autre bulletin prévu sur les problématiques métier et revalorisation,
- Des réunions visio régulières par secteur (STAPS / SUAPS-GE/ENSPE ...) pour créer du lien, faire le point dans ce contexte inédit et exceptionnel, et revendiquer, etc ...
- Interventions régulières vers la ministre et la Dgesip pour revendiquer et soutenir des luttes (dernière en date Grenoble (STAPS et SUAPS)) ...
- Soutiens et conseils auprès des collègues ...
- Contacts réguliers (voire un travail et des actions communes) avec d’autres acteurs tels que : C3D, ANESTAPS, GNDS, CPU et à venir avec la FFSU.

Tout ceci se trouve sur ce site dans cette rubrique « Enseignement sup » sans oublier le site en général dont les questions EPS à l’EN... mais aussi notre rubrique « Outils d’analyse » : http://www.snepfsu.net/outils/index.php  

Cette activité ne peut se mener sans votre cotisation syndicale solidaire : http://www.snepfsu.net/syndic/index.php 

Pascal.anger@snepfsu.net