|

Rubrique Enseignement Supérieur - Edito de Pascal Anger
Secrétaire national du SNEP-FSU
Mai 2021

Des luttes dans des STAPS, dans les INSPE et dans des SUAPS !

Partout les collègues et étudiant.es se sont mis en action avec l’outil syndical. Courriers au ministre, manifestations et médiatisation dans la presse, pétitions, motions, rencontres d'élus....

Du côté des INSPE, la réforme de la formation des enseignant.es est toujours contestée. Le SNEP-FSU travaille en lien permanent avec le collectif FDE coordonné par le SNESUP. Elle a donné lieu à de nombreuses actions dans les INSPE qui se battent contre les nouveaux contenus de maquettes qui tronquent en particulier la formation disciplinaire, contre des baisses de capacité d’accueil voire des fermetures de MEEF 1 (Valenciennes, ...), des modalités de stages des étudiants-alternants en M2 et le maintien de postes ...

Côté Staps c’est l’URGENCE aussi ! Elle explose au grand jour médiatiquement à travers les situations d’Evry, Valenciennes, Font Romeu, Toulouse, ... L’annonce faite à nombre d’étudiants.es d’un arrêt du cursus de formation est inacceptable. L’urgence concerne à la fois les conditions de travail des personnels et des étudiants avec à la clef leur réussite. La filière (EM) est particulièrement impactée et visée (?). Le SNEP et SNESUP-FSU interpellent sans relâche tous les niveaux de décisions. Une rencontre est prévue ce mois de Mai au cabinet de la ministre. Nous travaillons en collaboration avec l’ANESTAPS et la C3D pour obtenir les moyens.

Coté SUAPS-GE, nous intervenons pour que le développement des missions des SUAPS dont celle d’offrir, de démocratiser les APSA et celle de participer au processus de formation universitaire de l’étudiant (évalué ou pas) soient concrétisées. Nous soutenons les collègues par exemple de l’université de Nice (devenue expérimentale) pour que ces missions soient réellement mises en œuvre démocratiquement par le collectif d’enseignants d’EPS recrutés pour cela.

De même nous intervenons au soutien des collègues là où il y a des « méthodes managériales » contraires à l’esprit collégial et démocratique des universités, au respect des personnels et des collectifs de travail.

Pour conclure toutes ces luttes témoignent d'une capacité d'action collective, surtout en cette période de crise sanitaire.

Nous rappelons l’importance de l’outil syndical qui peut se traduire concrètement par la création de sections syndicales locales d’universités (SSLU). (3 sections ces deux derniers mois passés). Elles sont d’une grande aide et permettent de reprendre « pied » avec méthode les luttes (les collègues de ces SSLU peuvent en témoigner). Elles permettent de dépersonnaliser les conflits, les débats qui touchent à des enjeux politico-pédagogique. Elles redonnent une dimension au collectif de travail. Ces SSLU, en application du droit syndical dans la Fonction Publique, réinstitutionalisent l’activité syndicale avec des droits en particulier concernant l’information, le droit à réunion, le dialogue social, ... La démarche à faire est très simple. N'hésitez pas à me contacter pour tous renseignements.

Pascal.anger@snepfsu.net